Ateliers Récits de Vie

Sur le 18e arrondissement ce projet se réalise avec l’établissement Rabelais à la porte Clignancourt et l’a été durant 5 ans au collège Clemenceau, à la Goutte d’Or.
Avec les collégiens comme avec les lycéens (une vingtaine par groupe) tout commence par la projection d’un récit de vie, en présence de la personne filmée, suivie d’un échange souvent très riche entre la personne filmée et les adolescents.

Puis, tout au long de l’année scolaire, des séances d’atelier de deux heures s’organisent une semaine sur deux sur le temps scolaire, avec l’aide d’un ou deux professeurs (d’Histoire, de français…) de la classe.
Les séances se déroulent soit dans l’établissement scolaire soit dans les locaux de l’association. En ce qui concerne la création musicale, une fois les chansons écrites, la musique composée, les musiciens en herbe vont répéter et enregistrer dans les studios professionnels de notre fidèle partenaire, le centre musical FGO Barbara. Les  séquences des clips ou des courts métrages sont tournées soit sur le quartier soit à l’intérieur des établissements scolaires.

A Rabelais, l’atelier présente une particularité qui est liée à l’établissement lui-même, à la fois école en travail social et lycée. Professeurs et chef d’établissement ont voulu que celui-ci joue le rôle d’un pont entre des étudiants qui viennent  de passer le bac et des lycéens qui s’engagent sur le chemin du bac. Des étudiants en première année s’initient au repérage et à la réalisation audiovisuelle d’un récit de vie : comment approcher  une personne, comment entre en lien au point de déclencher  le désir de transmettre à des jeunes son combat de vie en se confiant devant la caméra. Une fois le récit réalisé, les étudiants passent le flambeau à des lycéens d’une classe de seconde au cours d’une projection qui rassemble tout le monde…

A la suite de la projection, l’atelier suit son cours avec la classe de seconde : la vingtaine d’élèves se divise en 3 sous groupes : les uns vont écrire les textes, les autres la composition musicale, le troisième groupe réalise le clip ou le court métrage. Les allers retours entre les sous groupes vont de soi.

 Il arrive que le collectif musique soit sollicité par des structures sociales pour organiser, sur trois mois,  des « mini-ateliers ». Par exemple, au dernier trimestre 2013, tous les jeudis après le travail, 6 jeunes d’un foyer de l’ALJT (rue des Poissonniers 18e) découvrent qu’ils sont capables d’écrire et de composer une chanson. Et quand vient le jour de la restitution sur la scène de Paris-Mix, ils empoignent le micro comme s’ils se disaient « eh oui, j’y suis arrivé ». La salle est sous le charme et le public reprend en chœur  leur refrain « Mal à la vie… »

« Mal à la vie, j’vais pas abandonner / jour & nuit, J’essaie de m’soigner / Mal à la vie, j’vais pas abandonner / Pardonnez moi, je dois avancer »

➔ Télécharger le dossier détaillé de ces ateliers

➔  Voir et écouter les créations musicales et vidéo réalisées lors de ces ateliers.

➔  Voir le projet « Héros Ordinaires »